Souffles éphémères

Je suis de celles

Qui aiment

Les ondes obscures

Qui caressent l’augure

D’une étrange aventure

 

Je suis de celles

Qui aiment

Les voix caressantes

Qui glissent lentes

Et vous tapent les tempes

 

                Et je ne rêve

                Que de notes rebelles

                Qui rendent éternels

                Nos souffles éphémères

                Et je ne rêve

                Que de notes sincères

                Qui rendent un peu plus fiers

                Nos destins de mortels

                Et je ne rêve

                Que de notes audacieuses

                Qui rendent plus heureuses

                Nos âmes égarées

 

Je suis de celles

Qui aiment

Les regards saisissants

Qui se posent déroutants

Et vous troublent les sangs

 

Je suis de celles

Qui aiment

Les nuits d’ivresse

Elles sont comme la promesse

D’infinies caresses

               Et je ne rêve

                Que de notes rebelles

                Qui rendent éternels

                Nos souffles éphémères

                Et je ne rêve

                Que de notes sincères

                Qui rendent bien plus fiers

                Nos destins de mortels

                Et je ne rêve

                Que de notes audacieuses

                Qui rendent plus heureuses

                Nos âmes égarées